SPIRUMANNE
L'aliment le plus ancien du futur
Aliments vivants
Plantes sauvages
Les plantes sauvages ne manquent pas d’intérêt. Elles sont fortes, car elles poussent spontanément aux endroits qui leur conviennent le mieux et sont soumises aux lois de la sélection naturelle. Leur valeur nutritionnelle est généralement remarquable : ce sont d’extraordinaires concentrés de vitamines et de sels minéraux, d’oligo-éléments et d’antioxydants puissants, qui remplacent avantageusement les divers « compléments alimentaires » devenus tellement à la mode.
Le cynorrhodon, faux-fruit de l’églantier, contient par exemple trente fois plus de vitamine C que le citron !

Les feuilles des légumes sauvages renferment aussi d’importantes quantités de protéines complètes, équilibrées en acides aminés essentiels : une véritable « bombe nutritionnelle »… trop méconnue pour avoir encore pu exploser.
Il est d’ailleurs facile d’observer que ces végétaux rassasient rapidement.
En plus de leurs vertus alimentaires, ils nous permettent de profiter de leurs propriétés médicinales, sous forme curative et surtout préventive.
Les Anciens le savaient bien puisque Hippocrate disait déjà voici 2 500 ans : « Que ton aliment soit ton remède ».
Notons aussi que l’on préconise depuis l’Antiquité pour se sentir bien en soi-même et dans son environnement de consommer essentiellement ce qui pousse en saison à l’entour de sa résidence.

Que trouver de mieux pour cela que les plantes sauvages gorgées de force vitale ?
Aller chercher soi-même sa nourriture dans la nature n’est pas seulement un agrément. C’est aussi une source intarissable de bienfaits pour l’organisme. Marcher, respirer à fond, s’exposer au soleil et à l’air loin du stress urbain permet de retrouver un équilibre indispensable,  tant sur le plan psychique que physique.

La cueillette des plantes sauvages est d’ailleurs une stimulation pour tous nos sens qu’elle nous aide à redécouvrir, car la vue, le toucher, l’odorat et le goût sont constamment sollicités. Et quelle joie dans la découverte d’un végétal nouveau, avec qui une véritable relation peut s’établir. C’est l’occasion de percer cet « écran vert » un peu inquiétant qui nous entoure.
La nature devient ainsi bien plus qu’une notion abstraite, que l’on doit vaguement « protéger ». On ne peut, en fait, protéger que ce que l’on respecte, et respecter que ce que l’on connaît.

Aliments de santé, nous l’avons vu, mais aussi aliments de plaisir avec les centaines de saveurs nouvelles qu’offrent à notre appréciation les plantes sauvages. Quelques exemples ? Les feuilles de plantain ont un curieux goût de champignon. Celles de la consoude, trempées dans une pâte à crêpe et frites à la poêle, rappellent étonnamment les filets de sole... en moins cher. L’épiaire des bois sert à préparer un incroyable plat consommé de cèpe virtuel… Quant à la tendre stellaire, c’est à la noisette qu’elle fait penser. Et les cormes blettes : crémeuses, aromatiques et sucrées, elles évoquent quelque mystérieux fruit tropical ! Trésors méconnus... que commencent à redécouvrir avec un succès croissant les plus créatifs de nos grands chefs cuisiniers.

Ces humbles plantes ont permis à plusieurs d’entre eux de réussir de belles performances dans la course aux étoiles. Parmi les triples étoilés, citons Marc Veyrat, Michel Bras et, tout récemment, Pascal Barbot.
Et, juste retour des choses, grâce aux remarquables créations culinaires de ces artistes de la gastronomie, les plantes sauvages, injustement oubliées, reviennent enfin, en vedette, sur le devant de la scène.
La connaissance de ces trésors nourriciers pourrait également s’avérer utile en cas de « survie ». Une forte crise énergétique, sociale ou économique n’est malheureusement pas totalement impensable. L’actualité nous le rappelle et l’avenir s’annonce sombre. Et puis, on peut se perdre en forêt... ou simplement désirer alléger son sac à dos d’encombrantes boîtes de conserve ! Savoir que, où que l’on soit, on trouvera toujours de quoi se nourrir, se sentir
« chez soi » dans la nature, donne une force dans laquelle il est possible de puiser en tout temps.

Mais quelles que soient les circonstances, il ne s’agit pas bien sûr de ramasser n’importe quoi : on ne doit cueillir qu’en pleine conscience.
Certaines plantes sont toxiques et il convient de bien les connaître. Et même les meilleurs végétaux deviennent dangereux lorsque la pollution s’en mêle. C’est pour cela que la cueillette nous rend encore plus sensibles à la qualité de notre environnement.

Un nombre croissant d’espèces voient leur existence menacée, principalement par la destruction de leur habitat.
Il faudra évidemment s’abstenir de les cueillir. D’ailleurs, les légumes sauvages les plus intéressants font fréquemment partie des plantes les plus communes et les plus abondantes, autrement dit des « mauvaises herbes », éliminées sans pitié par pure méconnaissance.
Pratiquée de façon intelligente, la cueillette ne doit donc nullement nuire à la nature, comme on pourrait le craindre en pensant aux dégâts que risqueraient de commettre les ramasseurs d’herbes spontanées. Bien au contraire, le cueilleur, car il est directement concerné, se montre particulièrement sensible à la destruction du milieu naturel.
Le fait de récolter des plantes sauvages induit une relation profonde entre l’individu et son environnement, et lui fait prendre conscience concrètement de l’importance vitale de la nature qu’ont connu de tout temps les chasseurs-cueilleurs : la terre est véritablement notre mère nourricière !

Il est temps d’ailleurs de s’en rendre compte. Depuis qu’il a inventé l’agriculture, l’homme, faible créature au départ, n’a cessé de développer les moyens de se battre contre la nature. Son cerveau s’est montré remarquablement efficace. À l’excès, puisqu’il est maintenant arrivé à un point où il ne peut plus continuer dans la même voie. Et il n’en a d’ailleurs plus besoin. Il doit apprendre aujourd’hui à trouver un équilibre nécessaire entre la nature et lui-même.
Il n’est pas impossible que se nourrir, même partiellement, de plantes sauvages puisse progressivement mener à un rapprochement de ces deux pôles, le sauvage et le civilisé, entre lesquels se joue la vie.

Les acteurs de demain que sont les enfants sont prêts à explorer ce que notre environnement peut leur offrir, sur tous les plans.
Peut-être sauront-ils enfin combler ce fossé qui sépare l’homme de la nature, cause fondamentale de nos déséquilibres actuels.



accueilSpirulineProduitsServicesAliments vivantsBoutique